CHEKIDJY

Fusion électro turque [ Montpellier, Occitanie ]

Marion Diaques et Maksoud Grèze apportent une écriture commune de musiques, de textes et revisitent certains thèmes ou chants traditionnels. Frédéric Lefèvre développe avec ses machines un jeu mélodique et rythmique souple, interactif essentiel à la musique live pour tisser un canevas numérique sur mesure. L’envie de ce trio est de réussir un métissage culturel musical en s’appuyant sur les contrastes pour valoriser les différentes sources artistiques. « Composer avec les contrastes, promouvoir la diversité culturelle et valoriser ses identités. » Une fusion « Electro-Turque mais pas que… » se revendiquant comme musique « rurbaine » et « hybride » à la périphérie de la tradition et de la modernité et aux frontières de l’Occident et du Moyen-Orient. Les influences sont multiples : Turquie, Iran, Pakistan, Arménie (Samah, Zeybek ou Halay), Brésil ou continent africain, chanson folk, break beat, blues, reggae, Dub et rock psychédélique…
Les musiciens marient les timbres du violon alto, du luth-saz, du oud et des voix aux sonorités des machines. Ils jouent avec les textures sonores, cherchent une façon à eux d’être « in the groove ». De ces textures musicales et complémentaires ils créent alors une musique à la fois propice au rêve, à la danse, la transe et la surprise. Dans une époque où les styles musicaux fusionnent plus que jamais, dans le foisonnement de possibilités, il s’agit d’affiner, révéler, affirmer et donner une véritable identité à la musique de Chekidjy. Puiser dans la culture musicale traditionnelle est une manière de la préserver, le monde évolue sans cesse et nous sommes aussi sensibles aux mouvements culturels et technologiques. Innover et s’enraciner pour se réinventer avec le monde.