CHEKIDJY

Fusion électro turque [ Montpellier, Occitanie ]

« La ville où nous créons, Montpellier, se trouve dans le bassin méditerranéen, une région où sont arrivés beaucoup de réfugiés mais aussi des musiciens anglais. Notre musique est une volonté de nous réapproprier toutes ces influences pour créer une musique « rurbaine » et hybride. Notre musique n’est pas le vecteur d’une identité fixe. »

Formé en février 2019 dans le vivier musical montpelliérain suite à une résidence produite au Silo (Centre de création coopératif dédié aux musiques du monde et traditionnelles en région Occitanie), le Trio Chekidjy (attachant ou attirant en turc), est d’abord le fruit de la rencontre de Marion Diaques et de Maksoud Grèze. Violoniste et chanteuse, de formation classique, en quête de métissages, Marion joue depuis 20 ans au sein du trio à cordes féminin Zephyr. Franco-turc, Maksud est luthiste et chanteur, formé aux musiques de  tradition sufi et hurufi. L’originalité  du groupe devenu trio avec Frédéric Lefèvre, un musicien issu du classique passionné d’électro, est de bousculer les codes musicaux par l’utilisation de métriques rythmiques orientales (à 5 ou 7 temps) afin de créer une nouvelle géométrie musicale complexe et inhabituelle pour la MAO. L’ EP qui devrait sortir fin 2021 comporte des titres comme « Bülbül » (le rossignol) et « Taslari », (les pierres), un texte métaphorique qui évoque les âmes perdues dans la montagne soulevées par un aigle et dispersées dans le ciel  en des milliers de gouttelettes